Une équipe de websérie

Quand on se lance dans la web-création, et particulièrement la websérie, on se rend assez vite compte qu’on n’arrivera à rien tout seul. On peut toujours dire que c’est un concept, mais même si le scénariste est aussi le seul personnage et le réalisateur, il éprouvera quelques difficultés à tenir la caméra, à prendre le son en même temps et à jouer son rôle. Alors comment composer l’équipe d’une websérie ?

Alors donc, vous avez votre idée, vous avez besoin d’une équipe. Je vais partir du postulat que vous ne disposez pas de financements pour payer votre équipe (d’une, parce qu’il me semble que les équipes de webséries sont très majoritairement bénévoles, et deux, parce que j’aurais du mal à vous raconter comment ça fonctionne, n’étant pas moi-même dans le cas d’une équipe rémunérée ^^’).

La motivation:

Qui dit bénévole dit « temps libre généreusement consacré à votre projet ». Ceux qui participeront, comme vous, le feront parce qu’ils aiment le projet et veulent le voir aboutir, en d’autres termes, ils aiment ce qu’ils font. En ce qui me concerne, j’ai rapidement tiré un trait sur toute autre forme de motivation:
– l’argent, vous n’en avez pas ;
– la visibilité (celle qui paie les loyers des artistes dans l’esprit de beaucoup de monde, vous savez ?), vous ne savez pas vous-même si vous en aurez, et même le cas échéant, notez que même dans le milieu pro, un acteur ne sait pas si le film/la série dans lequel/laquelle il accepte de jouer lancera sa carrière, ou restera une casserole honteuse ; alors promettre la visibilité avec une websérie me semble présomptueux.
– de supers moments, oui, il y en aura. Peut-être même autant que de moments prise de tête, parce qu’untel est de mauvais poil, que vous n’arrivez pas à avancer, et que votre lieu de tournage vous vire à 17H tapantes.

J’en passe et des meilleurs, toujours est-il qu’au final, la websérie demande du temps, de l’énergie, des efforts, et pour certains membres de l’équipe, de l’argent. Alors la première chose est de constituer une équipe qui en veux ! Bien sûr, il y a des demie-mesures (tout le monde ne doit pas nécessairement faire de la websérie un sacerdosse: ça, c’est le boulot du seul chef de projet. ;p), mais si votre projet passe après le comptage annuel des grains de poussière en suspension, vous risquez de constater pas mal d’absentéisme sur vos tournages.

Notez également que ces conseils s’appliquent d’abord et avant tout à vous-même. Si vous vous lancez dans la websérie en espérant faire fortune, rencontrer la gloire, être invités à toutes les conventions autour du globe, rangez ça dans votre boite à ambitions. Bien sûr, vous pouvez en rêver (nous les premiers, nous avons largement plaisanté en imaginant notre stand de convention, des conférences bondées, etc), mais ça arrivera si ça doit arriver. Amusez-vous sur vos projets, passez de bons moments, faites des erreurs, corrigez-les, soyez fiers de faire de votre mieux, allez à la rencontre d’autres personnes, et quand l’occasion se présentera, saisissez-la ; mais surtout, ne précipitez rien.
L’amusement, les rencontres et la satisfaction devant votre travail seront les seules choses que vous rendra la websérie pendant un bon moment avant de commencer à (éventuellement) vous donner plus. Par contre, elle est exigeante et coûteuse dès le départ. Bref: faites de la websérie par passion, le reste attendra.

Qui recruter ?

Assez naturellement, vous vous dirigerez vers vos amis, vos potes, vos connaissances… bref, les gens de votre entourage (peut-être même votre famille). Les avantages évidents: vous les connaissez, ils vous connaissent, vous savez communiquer entre vous, vous avez confiance, l’ambiance sur le tournage sera plutôt détendue, et vous n’avez pas à les chercher très loin.
Les inconvénients moins évidents: sauf coup de bol, vos amis ne correspondront pas pleinement à ce que vous attendez pour le rôle, ou ne sont pas forcément taillés pour le poste que vous allez leur confier ; l’ambiance détendue, c’est cool, à condition de réussir à avancer parce qu’à enchaîner vanne sur vanne, le tournage n’avance pas ; si vous êtes amis, vous voyez certainement pas mal de choses du même œil, ce qui n’aide pas à avoir un retour critique sur votre projet, et enfin, il y aura des moments difficiles: vous découvrirez vos amis sous un jour nouveau, et vice-versa, attention aux surprises sur la nature humaine.

À l’inverse, vous pouvez préférer recruter votre équipe au gigantesque royaume des inconnus, via une annonce de casting, sur Facebook, Twitter, réseau spécialisé ou autre. Vous aurez sensiblement les avantages et inconvénients inverses de ceux énoncés pour votre entourage.
Notez que les inconnus ne le restent pas longtemps dans un tel projet, et que par ailleurs, vous aurez au moins l’assurance que les membres de votre équipe sont au moins un peu motivés et intéressés par le projet, puisqu’ils auront fait la démarche de répondre à votre annonce / passer le casting. Pensez quand même à préciser que votre annonce est bénévole, et qu’il s’agit d’une websérie amateur (le cas échéant) pour éviter les mauvaises surprises.

Alors bon… Entourage ou inconnus ? À défaut d’une réponse catégorique, je peux répondre par le vécu de Projet Wh8: nous avons commencé avec un cercle d’amis (ou d’amis d’amis pour les plus éloignés), et ce n’est que lorsque la « bande de potes » ne suffisait pas à pourvoir à tous les postes que nous avons commencé à faire des castings (pour Who’s Paradox Pilote 2, puis Creepy Guy ensuite).
À cela, j’ajouterai un retour qui me vient de Fabien Fournier (Créateur / Réalisateur / Acteur / Et plus encore de la websérie Noob) en convention après une conférence: dans l’équipe d’un projet, il y a des « piliers », qui vous suivront et vous soutiendront, à qui vous pouvez déléguer un certain nombre de tâches importantes, et d’autres membres plus occasionnels (sans que cela soit péjoratif) qui participent ponctuellement, s’éloignent, reviennent plus tard. Il me semble (et là, c’est un ressenti personnel) que vos piliers seront (ou deviendront) assez nécessairement vos amis avant de devenir vos principaux soutiens (je range le soutien dans ce qu’on peut attendre d’un ami, mais là on se lance dans des questions philosophiques ^^’).

À quoi s’attendre ?

Faute de boule de cristal, j’aurais du mal à vous dire ce qui vous arrivera une fois que vous aurez composé votre équipe. Par contre, je peux vous donner quelques pistes via ce qui nous est arrivé, et ce qui ressort quand on discute avec d’autres web-créateurs.

Le pire comme le meilleur ! :p

Si j’ai parlé de la motivation, c’est bien parce qu’elle est la clé de tout. L’équipe ne s’investit dans le projet que parce qu’elle y trouve ce qu’elle est venue chercher. Si le recrutement n’a pas suffisamment tenu compte de la motivation (souvent parce qu’on veut absolument qu’untel soit dans l’équipe alors qu’il n’est pas plus emballé que ça), vous vous heurterez à des problèmes à base de « j’ai mieux à faire ailleurs » ou « j’ai pas le temps ». Or, le temps, quand on veut vraiment le trouver, on le trouve: tout est question de priorité. Le membre de votre équipe qui n’a pas le temps, préfère en réalité faire passer autre chose en priorité (et devinez quoi ? c’est son droit le plus absolu, vu qu’il est bénévole :p).
Il arrive parfois que la motivation ne soit pas absente, mais s’amenuise au fil du temps. Il suffit parfois de contrariétés ponctuelles: un tournage qui se passe mal, une réunion un peu houleuse, un quotidien difficile. Dans ce cas, il faut parfois temporairement prendre ses distances avec le projet (tout en tenant ses engagements autant que faire se peut), mais dans tous les cas, il faut communiquer avec le reste de l’équipe. Bien sûr, si vous êtes le chef du projet, il est plus difficile de prendre ses distances (et c’est là que vous aurez besoin de vos « piliers » pour déléguer, au moins ponctuellement). Bien souvent, un peu de temps, le résultat de son travail antérieur, et de la communication permettent de se remettre en selle.
Parfois, à l’inverse, la motivation ne revient pas, par lassitude, parce qu’on ne s’amuse plus, ou peu importe la raison. Dans ce cas, mieux vaut identifier le problème et quitter le projet, autant que possible en aidant à trouver son remplaçant. De toute façon, si vous n’êtes pas motivé, cela se verra et nuira au projet (cela dit, essayez quand même de trouver une solution avant de démissionner à la première baisse de moral).
Évidemment, si c’est le chef de projet qui est atteint, c’est assez problématique et plutôt mal engagé: il faudra déléguer le projet à quelqu’un qui se sent d’assumer la fonction et les responsabilités et engagements qui vont avec (à supposer qu’il s’en trouve un pour le faire). Le but du jeu est de permettre à l’équipe de continuer sans vous et de ne pas se fâcher avec qui que ce soit (quitte à revenir si vous retrouvez la motivation).

Plus problématique: quand un membre de l’équipe s’est engagé à quelque chose à la légère, ou pire, décide sciemment de ne pas assumer son engagement. En tant que chef de projet, j’avoue avoir une certaine amertume quand ce dernier cas se présente. J’essaie d’être le plus clair possible quant à l’importance d’un engagement dans une équipe: on compte les uns sur les autres, et si un seul fait défaut, c’est toute l’équipe qui paie les pots cassés, donc mieux vaut refuser un engagement quand on est pas sûr de soi, que d’accepter à la légère pour abandonner par la suite. Bizarrement, quand j’explique ça, tout le monde semble le recevoir comme une évidence, mais une fois confronté à la situation réelle, on a quand même de mauvaises surprises, et il faut parfois hausser le ton (chose qui s’avère difficile, lorsque vous faites ça avec votre bande de potes).

Parfois, la faute vient aussi du chef de projet, parce qu’il n’a pas suffisamment insisté sur ses attentes et sur la difficulté de la création d’une websérie avant d’accepter quelqu’un dans son équipe. Aujourd’hui, je passe généralement deux à trois heures (en augmentation) avec les candidats à l’adhésion à Projet Wh8, pour leur donner une idée de l’engagement qu’ils vont prendre. Je leur parle de l’importance de s’engager, de nos erreurs passées, des moments difficiles et de pourquoi il y en a. Le but n’est pas de les faire fuir, mais d’être le plus honnête possible avec eux, et éviter les mauvaises surprises par la suite.

Et puis parfois, vous aurez des déceptions humaines. Vous pourrez prendre toutes les précautions nécessaires pour que tout se passe bien, ça se passera quand même mal. Vous n’y pouvez rien, et probablement la personne concernée non plus. Qu’il s’agisse d’immaturité, d’orgueil mal placé, d’égoïsme, de lâcheté, ou autre défaut (que – vous l’aurez noté – je n’attribue pas nécessairement à la personne concernée), il y aura simplement des incompatibilités avec certaines personnes. Le mieux à faire est de limiter la casse tout en s’éloignant de la personne en question. Parfois, seuls le temps et quelques leçons de vie peuvent enseigner certaines choses.

Maintenant, le meilleur: chacun de ces cas trouve son pendant positif !

Vous rencontrerez des gens tellement motivés qu’ils s’investiront à fond dans le projet et apporteront énormément à l’équipe. Des gens tellement motivés qu’ils veulent peut-être même faire ça de leur vie ; pas forcément dans la websérie, mais un acteur pro, une costumière dans la haute-couture, une camérawoman qui étudie l’image, un ingénieur son. Peut-être même certains membres de l’équipe se découvriront-ils une vocation ? Ça arrive, et c’est tellement cool !

Vous aurez également des attitudes très professionnelles, alors même que vous êtes dans un milieu amateur. Des gens qui assument leurs engagements envers et contre tout. Certains découvriront les difficultés avec vous, et vous aideront à les surmonter au lieu de s’en plaindre, préférant voir l’obstacle comme un challenge plutôt que comme un problème.

D’une manière plus générale, vous découvrirez les gens tels qu’ils sont, parce que la websérie est une aventure humaine. Vous aurez des moments difficiles, d’autres studieux, d’autres encore de franche rigolade, parfois plusieurs à la fois. Vous verrez votre équipe dans de nombreuses situations, et vous apprendrez à les connaître dans tous ces contextes. En ce qui me concerne, ça a dissipé pas mal d’illusions sur des personnes que je croyais connaître, et ça en a révélé d’autres que je ne connaissais pas si bien, et au final, le bilan est positif.

Conclusion

Un projet de websérie, quand bien même vous en avez eu l’idée originale, écrit le scénario, taillé un rôle pour vous, pris en charge la réal’ et la post-prod, laissé votre empreinte à chaque étape, n’est jamais le projet d’une seule personne, mais celui de toute une équipe. Alors oui, c’est peut-être un peu plus votre projet que celui du figurant numéro 9 qui passe dans le champs dans la scène 7, plan 3, mais il n’en reste pas moins un peu son projet à lui aussi. Vous pouvez crier « C’est notre projeeeeeeet ! » à tue-tête, parce que c’est vrai (Cela dit, pas trop fort: vous risqueriez d’être élu pour un mandat présidentiel).

Dans le même ordre d’idée, tant que vous ne rémunérez pas votre équipe, le chef de projet n’est pas un patron. Instant juridique: le bénévolat se caractérise (entre autre) par l’absence de lien de subordination. Ceux qui participent le font parce qu’ils le veulent bien. Le chef de projet donne des pistes, des indications, des consignes, fait des remontrances, parfois même il râle parce que quelqu’un fait quelque chose de travers, mais la seule chose qu’il ne donne pas, ce sont des ordres (il ne peut pas). La nuance est subtile me direz-vous, puisqu’elle tient à une seule chose: tous les membres de l’équipe sont là parce qu’ils veulent que le projet aboutisse, et font ce qu’ils font, parce qu’ils le veulent bien.

Mais au-delà de ces considérations d’efficacité, qu’ils soient vos amis ou non au départ, soyez conscient que vous serez entouré de ces personnes tout au long du projet, pendant des mois, peut-être des années. Sans forcément cohabiter avec, il est à souhaiter que vous vous entendiez bien. Même si à de nombreux égards, la websérie impose une discipline personnelle et une attitude qu’on peut qualifier de « professionnelle », vous faites cela par plaisir et non par obligation.

Au final, nombre d’équipes se composent d’amateurs autodidactes, tous passionnés. Elles ne sont pas forcément optimisées, elles font des erreurs, mais qu’elles le soit au départ ou le deviennent, une équipe qui fonctionne a bien souvent des airs de « bande de potes » qui ont progressé ensembles.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.